Christophe BOURACHOT - Les Hommes de Napoléon aux éditions Omnibus
 
Dictionnaire & Documents
26 Euros
960 pages
ISBN : 978-2-258-08561-9
 
 



 
 

 

 

 

Actualité
Facebook

Editions Omnibus

 

Editions Omnibus

Les Hommes de Napoléon (témoignages 1805-1815)

Ceux qui l'ont suivi jusqu'au bout racontent. 900 pages de souvenirs, extraits de Mémoires, de Souvenirs et de lettres intimes choisis de façon à raconter toute l'histoire de la Grande Armée depuis 1805 jusqu'à 1815.Présenté par Christophe Bourachot

Sommaire
  • 1805 - Le soleil d'Austerlitz
  • 1806 - L'année d'Iéna
  • 1807 - Eylau et Friedland
  • 1808 - Dans le guêpier espagnol
  • 1809 - Wagram, et la mort de Lannes
  • 1812 - Dans l'enfer blanc
  • 1813 - L'année des Marie-Louise
  • 1814 - Héroïque campagne de France
  • 1815 - Le retour
  • 1840 - Napoléon retrouve ses soldats
Quatrième de couverture

Silvain est un soldat de seize ans, engagé volontaire. Jean-Marie est un briscard de trente ans, grognard de la Vieille Garde. Adam est officier d'ordonnance auprès de l'Empereur. La Flize est chirurgien major. Ils viennent de Provence, du Jura, du Nord, de toute la France. Tous, ils l'ont suivi jusqu'à Moscou en passant par Austerlitz, Iéna, Wagram, mais aussi Madrid et Baylen. Ils le suivront encore au-delà de la Bérézina et, pour finir, à Waterloo... Ce sont les hommes de Napoléon.
Un jour, ils ont posé les armes. Ils ont vieilli. Et, par chance pour nous, ils se sont finalement décidés à écrire leurs souvenirs, les meilleurs ? ah ! le soleil d'Austerlitz ! ? et les pires : la boue, la glace, le sang.
Ces souvenirs tous ensemble sont une mine d'or de la mémoire. Voici les plus émouvants d'entre eux, extraits et agencés de façon à écrire l'histoire de la Grande Armée. Mis bout à bout, ces documents devenus introuvables, dénichés au fond des archives, font l'effet d'un grand film épique. Pour un peu, on entendrait cliqueter les sabres !
Présenté par Christophe Bourachot
Lu dans la presse
« Cette anthologie nous fait entendre des voix inconnues, venues des douleurs de la guerre. Pas des penseurs pas des généraux , mais des grognards qui grognent, de jeunes officiers qui officient, des soldats qui bavardent, des hommes qui marchent... »
Le Nouvel Observateur, 28 avril 2011.
« Malgré les innombrables ouvrages oubliés sur napoléon, les coups de coeur sont encore possibles. La preuve : ce recueil de lettres et de divers écrits de soldats de la Grande Armée. »
Le Figaro littéraire, 31 mars 2011

« Bourachot a passé des années de recherche à classer ces lettres et ces textes de braves, sans rien changer dans le style, avec la spontanéité et l'esprit de leur temps... » Ouest-France, 5 avril 2011

« Les mots sont souvent simples, mais les images terribles... Deux siècles après, les textes n'ont pas vieilli. »
L'Alsace, 2 avril 2011